Les parcours à thème

 

Traverser

Ce parcours est dans le prolongement de « J’avance en âge » et « Nos ancêtres dans la foi ». Il peut convenir à tout âge : enfants, catéchumènes, adultes, chercheurs de Dieu et particulièrement les seniors.
Il se travaille de préférence en petit groupe.

Il s’appuie sur un mot : « TRAVERSER » et sur des textes de l’ancien et du nouveau Testament qui peuvent nous aider à donner du sens aux passages que nous avons à faire dans la vie et qui sont parfois difficiles.

– Traverser la vie : naître, grandir, mourir pour quel a-venir ?
– Traverser la peur pour aller vers la confiance
– Traverser la solitude et le découragement pour aller vers la fête
– Traverser la violence pour aller vers le pardon
– Traverser la Bible

Chacun de ces thèmes fait l’objet de trois ou quatre rencontres, chacun pouvant être pris isolément (par exemple : Traverser la violence pour des ados). Ces thèmes peuvent aussi être regardés dans l’ordre que l’on souhaite même si c’est assez logique de commencer par « Traverser la vie ».
Les textes sont racontés par l’animateur et approfondis grâce à l’expérience et aux questions des participants. Ceux-ci reçoivent un feuillet au cours de la réunion pour lire les textes après les avoir écoutés. Un livret contenant le fil rouge de chaque rencontre et des pistes pour réfléchir est destiné aux animateurs.

C’est une manière de traverser la Bible comme les disciples d’Emmaüs ont pu le faire à l’école de Jésus ressuscité.

Un parcours de 5 thèmes déclinés chacun en 3 ou 4 rencontres

Nous vous conseillons d’imprimer ce parcours en choisissant l’option livret sur votre imprimante. Vous obtiendrez ainsi des livrets et des couvertures au format A5.

Des femmes dans le Nouveau Testament

Dans chaque Évangile, nous rencontrons des femmes qui marchaient avec Jésus ; c’est un élément qui tranche singulièrement sur l’arrière-fond socioreligieux de son époque. En traitant publiquement les femmes d’égal à égal, Jésus se démarque de la tradition juive de son temps. Paul, dans ses lettres plus anciennes que la tradition évangélique, évoque, lui aussi, quelques femmes impliquées dans la vie des premières communautés chrétiennes.

 Ce nouveau parcours propose de découvrir ces femmes qui ont fait preuve d’une grande liberté en accompagnant Jésus sur les chemins poussiéreux de Palestine, preuve aussi d’une remarquable énergie pour s’émanciper de la tutelle masculine et des traditions qui voulaient que les femmes soient silencieuses et invisibles. Que ce soit l’apôtre Paul, ou les quatre évangélistes, aucun n’a masqué leur présence. Unanimement, ils accordent à certaines de ces femmes un rôle beaucoup plus important que celui qui était le leur dans le monde civilisé du premier siècle. Qu’il s’agisse de la Cananéenne, de Marthe et Marie, de Marie de Magdala ou encore de la Samaritaine, chacune d’entre elles peut nous aider à en prendre toute la mesure.

 Au fil des dossiers sera mis en relief le « féminisme » révolutionnaire de Jésus de Nazareth à travers le regard qu’il porte sur les femmes.

Un parcours en 7 rencontres

 

Des femmes dans le Nouveau Testament

Introduction et repères contextuels (dossier animateur)

Dossier 1 : Des femmes suivaient Jésus

Dossier 2 : La Cananéenne

Dossier 3 : Marthe et Marie – sur le site en septembre 2020

Dossier 4 : La Samaritaine – sur le site en octobre 2020

Dossier 5 : Marie de Magdala – sur le site en novembre 2020

Dossier 6 : Autour de Paul : Phoebé, Junias, … – sur le site en décembre 2020

Dossier 7 : Dans les Actes des Apôtres : Priscille, Lydie, … – sur le site en janvier 2021

 

Ces yeux qui ont vu le salut

A travers ce parcours nous découvrirons que lorsque Dieu entre en dialogue avec quelqu’un, c’est pour lui faire connaître ce qui est bon pour l’homme, un aspect du mystère du salut.

 La rencontre avec Dieu est saisissante mais elle met debout et fait de l’homme un interlocuteur, un répondant qui peut donner sa confiance ou la refuser. Oui, «notre Dieu s’est fait conversation », il a engagé avec l’humanité une histoire de salut.

A l’aide d’une douzaine de figures bibliques, ce parcours voudrait laisser pressentir quelques aspects du salut de Dieu.

A travers ce parcours nous découvrirons que lorsque Dieu entre en dialogue avec quelqu’un, c’est pour lui faire connaître ce qui est bon pour l’homme, un aspect du mystère du salut.

 La rencontre avec Dieu est saisissante mais elle met debout et fait de l’homme un interlocuteur, un répondant qui peut donner sa confiance ou la refuser. Oui, «notre Dieu s’est fait conversation », il a engagé avec l’humanité une histoire de salut.

A l’aide d’une douzaine de figures bibliques, ce parcours voudrait laisser pressentir quelques aspects du salut de Dieu.

Un parcours de 9 rencontres

Aller au cœur de la foi

Pour aller au cœur de la foi, la liturgie nous propose de prendre le temps chaque année, pendant la nuit de Pâques, de revisiter l’histoire de notre famille, l’histoire du peuple de Dieu. Et si cette veillée durait toute l’année ? Quel profit pour nous ! Il y a un feu dans la Bible !

C’est long ! Cette nuit-là, on consacre plus de temps que d’habitude à lire la Bible. Notre oreille a besoin d’être façonnée par ce qu’elle écoute.

Accueillir. Celui qui écoute accepte d’être déplacé dans son regard, renouvelé au-dedans.

Une histoire à habiter. Lorsque nous ouvrons le livre qui raconte l’histoire entre Dieu et son peuple, nous prenons pied dans la famille de tous ceux à qui Dieu se révèle dans la richesse de ses dons. Cette famille devient la nôtre.

Une symphonie. D’un bout à l’autre de la Bible, les textes se répondent et s’éclairent mutuellement. Mais la Parole vivante de Dieu, c’est surtout Jésus lui-même. C’est à partir de Lui que tout prend densité et saveur.

Un dialogue. Nous écoutons mais nous ne sommes pas spectateurs. Invitation nous est faite de répondre. Nous reprenons à notre compte et faisons nôtre une prière qui nous précède.

D’après « Aller au cœur de la foi », p.43-44

 

Un parcours de 9 rencontres

La Parole en paraboles

Quelqu’un, quelque part, se met à raconter une histoire… et comme par enchantement, tout le monde alentour se tait pour écouter. Jésus a usé du charme du récit pour se faire entendre.

Mais dans quel but ? Il faut tordre le cou à cette idée que la parabole est une béquille pour les imbéciles.

La parabole n’enseigne pas mais change le regard sur le monde… La parabole montre le Royaume… Le Royaume n’est pas pour Jésus une chimère, un fantasme d’au-delà… Il est proche, si proche qu’il touche le quotidien. Si proche qu’il le pénètre déjà et se donne à lire dans les initiatives de Jésus. 

Ainsi donc, Jésus ne choisit pas des images simples pour expliquer des choses compliquées. La parabole instaure le Royaume de Dieu comme un mystère à percer, comme une liberté venue d’ailleurs.

Un parcours de 3 à 11 rencontres

Pour vivre le Jubilé de la miséricorde : 8 décembre 2015 - 20 novembre 2016

En suivant la bulle « Misericordiae Vultus »…

Le 11avril 2015, le Pape François annonçait à toute l’Eglise une année jubilaire extraordinaire, centrée sur le thème « Miséricordieux comme le Père ». Par une « bulle », c’est-à-dire un message officiel, François nous indique le chemin à parcourir pour méditer, prier, agir toujours plus dans le sens de la miséricorde de Dieu.

Ce message est bourré de citations bibliques. Il suffisait d’écrire une partition pour le mettre en musique. C’est chose faite dans ce parcours « Miséricordieux comme le Père » Voir le plan en-dessous.

Un parcours de 9 rencontres

Marie des Évangiles

A l’occasion du Centenaire du diocèse de Lille, le service de la Parole a créé le livret Marie des Evangiles comme catéchèse pour notre foi… On part de l’image, on explore l’Écriture, on chemine dans la foi.

Ce parcours permet de suivre Marie « dans son pèlerinage de la foi ». L’itinéraire de Marie est certes exceptionnel dans le mystère du salut, mais son cheminement dans la foi n’est pas si loin du nôtre.

En suivant Marie sur son chemin de foi, en découvrant à ses côtés sept moments de sa vie, de sa foi – l’Annonciation, la Visitation, la vie à Nazareth, les Noces de Cana…- il est possible d’approfondir en nous le goût de la Parole de Dieu. C’est tout simple. Cela peut se faire seul ou en groupe.

Un parcours de 9 rencontres

Disciples missionnaires, à la suite de Simon-Pierre

Ce parcours propose de découvrir un des premiers témoins devenu disciple-missionnaire, le plus connu du Nouveau Testament.

Il s’agit de Simon-Pierre. Qui était-il ? Que s’est-il passé avec lui ? Qu’a-t-il donc fait ? Comment a-t-il servi le Christ puis l’Église ?

En cinq rencontres, nous verrons de quelle manière les premiers auteurs chrétiens en ont fait une figure incontournable du christianisme naissant. Les évangélistes lui donnent un tempérament fougueux et instable : il a tout quitté pour suivre Jésus, mais refusera la passion et la croix de son Maître. Mais c’est sa rencontre du Christ ressuscité qui fut l’événement décisif de son parcours et de sa renommée. Pierre, l’apôtre fragile, tient, par grâce de Dieu, et avec la force de l’Esprit Saint, un rôle majeur dans l’Église naissante.

Audacieux, il sera le premier à accueillir des non-juifs dans la communauté chrétienne.

Pierre n’est ni seul, ni chef, ni pape ! Avec Jacques et Jean à Jérusalem, puis Paul, l’Apôtre des païens, il sera rapidement confronté à l’adversité et à la diversité des communautés naissantes. Il est considéré, dans la tradition, comme un homme de compromis.

Un parcours de 5 rencontres

Ces rencontres qui donnent vie... avec l'Evangile de Luc

Dans ce nouveau parcours, nous évoquerons des évènements contemporains, et nous verrons en quoi ils peuvent nous renvoyer à l’évangile de Luc ; nous découvrirons l’importance majeure des rencontres de Jésus avec des personnes souvent anonymes : la foule en attente, les malades, les étrangers, les pauvres, les femmes… Nous nous demanderons ce que nous aurions fait à la place de ces gens que Jésus a croisés, et comment nous aurions continué l’histoire si nous avions été là. Enfin, nous essaierons d’y trouver comment faire de nos vies une rencontre, une réponse.

Un parcours à la carte, de 3 à 9 rencontres, pour un temps fort (avent, carême, …) ou sur une année.

Il est conseillé de commencer par les deux premiers dossiers, puis de choisir parmi les 7 suivants, en fonction du nombre de rencontres souhaitées.